Le chêne et les glands Toxique

Le chêne et les glands

L'ingestion de glands ou de feuilles de chêne provoque des troubles digestifs et une insuffisance rénale Toxique

On entend communément par chêne diverses espèces d’arbres et arbustes appartenant au genre Quercus. A feuilles caduques ou persistantes selon les espèces, ils sont présents dans tout l’hémisphère nord.

En France on rencontrera plus particulièrement le chêne liège ainsi que le chêne vert en région méditerranéenne, alors que les chênes pubescent, pédonculé, rouvre,  et sessile pousseront plus volontiers dans les forêts mixtes de feuillus en plaine et jusqu’en moyenne montagne.

Seules ces trois dernières espèces se révèlent toxiques. Touchant surtout les bovins et les chevaux, les intoxications font suite à  l’ingestion de glands en automne ou de jeunes feuilles au printemps (Mal de Brou). Ces épisodes pourront apparaître à la faveur d’une disette, lorsque l’herbe devenant rare, les animaux se tournent vers les glands, ou encore suite à des vents violents laissant à terre de grandes quantités de fruits. Les glands verts sont beaucoup plus dangereux que les glands mûrs. Les troubles peuvent apparaître après ingestion ponctuelle d’une grande quantité de glands, mais il s’agit plus souvent de l’ingestion prolongée de quantités plus faibles. Certains bovins raffolent des glands, et les consomment même s’ils ont bien assez à manger par ailleurs. 

Cette intoxication ne concerne pas que les herbivores. Elle peut aussi toucher les chiens qui consomment des glands par jeu ou par gloutonnerie.

Le CAPAE Ouest a recensé plusieurs dizaines d’appels  relatifs à l'ingestion de glands. Les conséquences en sont variables, allant de l’absence de symptômes à la mort.

La toxicité est imputée aux tanins qui libèrent par hydrolyse du pyrogallol, substance toxique pour le rein. On observera classiquement chez les bovins une baisse d’appétit, un arrêt de la rumination et une chute de la production laitière. On note aussi une constipation suivie dans un second temps par une diarrhée noirâtre, poisseuse et putride. L’animal pourra également présenter des difficultés à uriner ou présenter du sang dans ses urines ainsi que des troubles nerveux (tremblements, troubles de la démarche, …).

Chez le chien, on note de l’abattement, des vomissements, de la constipation puis de la diarrhée.  Le foie est davantage touché que le rein.

Le traitement est difficile lorsque les troubles sont déclarés. Aussi il faut avant tout prévenir l’intoxication, en surveillant les animaux pour les changer de parcelle si on note une consommation de glands. Et il faut empêcher son chien de jouer ou de manger des glands dans le jardin ou en promenade.

Si vous avez été confronté à un problème d'intoxication de votre animal par le chêne et les glands, vous pouvez déclarer le cas pour enrichir les références du Centre Antipoison Animal. Merci pour votre contribution.

Déclarer un cas d'intoxication par le chêne et les glands


Tel 24h/24 7j/7 Votre animal est exposé à un produit toxique. Appelez le 02 40 68 77 40